vendredi 5 juin 2020

France, Racisme: Un tabou bien républicain...Pas uniquement dans la police!!!



Le racisme est peut-être plus brut et visible dans la police, quand partout ailleurs jusque dans la grande "famille" dite de la gauche française il est subtil, enrobé dans une compassion misérabiliste voulue amicale, fraternelle, voire charnelle...Donc extrêmement difficile à décrypter et du coup à combattre, pourtant tout aussi prégnant et répandu. 

Alors méfiance. 


Croyez d'abord en vous et déterminez-vous en accord avec vos valeurs, sans être l'otage d'une quelconque idéologie!



En France règne en effet une loi du silence voulue républicaine consacrant un véritable tabou officiel sur le racisme, auquel il ne faut surtout jamais faire la moindre allusion. Au risque de représailles...C'est pourquoi, malgré la multiplication des crimes racistes aux États-unis d'Amérique, j'ai davantage confiance en la capacité collective de remise en question et d'évolution lente de la société américaine, qu'à l'emprise du tropisme esclavagiste et colonial dans nombre d'institutions de notre douce France (pas si douce lorsqu'on la connaît bien de l'intérieur).



Le racisme est un fléau hélas très répandu dans les différents corps de l'État, et dont celui-ci ne veut absolument pas s'attaquer de front, au risque de saborder tout un vieil édifice bâti sur des discriminations raciales enracinées, un système d'exploitation des anciennes colonies, et la prégnance d'un sentiment de supériorité civilisationnelle. On peut ainsi comprendre aisément pourquoi un débat comme celui qui a cours aux États-Unis d'Amérique à la suite du meurtre de George Floyd est torpillé et étouffé en France (sur Adama notamment) au nom d'un semblant de Justice et d'égalité républicaines ...Les médias de grande écoute dits libres préférant toujours regarder ailleurs (le racisme n'existe bien évidemment uniquement chez les autres, les américains).



Voilà comment se transmet génération après génération une culture raciste et xénophobe du déni permanent.





Technique habituelle de déni du racisme aussi vieille que l'histoire de l'esclavage, de la colonisation puis des ségrégations raciales: l'instrumentalisation politique de la "bonne négresse" ou du "bon nègre" de service...

Désolé, certains trouveront peut-être ces termes excessifs, mais ils traduisent de manière directe et franche la triste réalité d'une grande démocratie qui refuse délibérément de s'attaquer frontalement à la négrophobie (appelons en effet ce racisme caractérisé par son nom), en instrumentalisant comme tous les pouvoirs négrophobes des femmes ou des hommes de couleur en posture d'exemplarité pour taire toute forme de débat, et empêcher ici la moindre contestation légitime ou manifestation publique sur un sujet sensible - violences racistes de la police - sur lequel la France se révèle particulièrement mal à l'aise (en raison de son histoire coloniale et de l'impunité générale assurée aux auteurs).

Saura-t-elle encore taire des millions d'afro-descendants français qui, fort de la mondialisation et de leur insertion inévitable dans le tissus social, économique ou politique, refuseront sous la contrainte de dire la vérité?

J'en doute fortement.

Il s'agit d'une véritable bombe à retardement que nous gagnerions collectivement à désamorcer dans le cadre de la république, avant qu'elle ne nous échappe complètement.



Être noir se révèle encore trop souvent une tare raciale et sociale au sein des sociétés dites civilisées en occident 

Certains diront que ce n'est pas mieux dans certaines contrées africaines, où les anciens maîtres colons ont su se faire remplacer ou sont représentés par des roitelets nègres bien plus intolérants et cruels à l'égard de la diversité et des minorités, que ne peuvent précisément l’être les pires racistes aux USA, en France ou en Grande Bretagne...pays où les lois protègent contre et surtout punissent sévèrement les crimes racistes. 

Peut-on en dire autant des crimes ethno-fascistes et tribalistes perpétrés par des dignitaires, partisans et lieutenants de certains pouvoirs en place en Afrique, notamment au Cameroun? Malheureusement Non et j'en apporte la preuve tous les jours.

Je ressens parfois comme une sorte de tragédie nègre qui vous suit ou vous rattrape quelque soit l'endroit, sous une forme ou une autre. 

C'est elle que nous dénonçons et combattons. Parce que nous aspirons simplement à mener des vies "normales".



Mais est-ce qu'un raciste notoire peut être rationnel sur un crime raciste??? Franchement NON...

Honte aux télévisions et autres médias français qui continuent d'inviter comme si de rien n'était ce triste personnage condamné pour provocation à la haine raciale et désormais multirécidiviste.

Toute la différence avec les États-unis tient aussi en cette forme de promotion officielle évidemment non assumée du racisme en France, à travers des médias de grande écoute, au nom de la liberté d'expression.

Ce sont en plus les mêmes milieux politiques et médiatiques qui reprochent aux personnes indignées d'en faire trop ou de verser dans la victimisation au motif qu'il reviendrait - comme l'a soutenu Mme Hidalgo - uniquement à la justice et au droit de combattre le racisme.

J'emmerde Zemmour et tous ceux qui pensent comme lui que nous en faisons collectivement trop et serions uniquement dans "l'émotion" en nous insurgeant contre le meurtre d'un homme noir par un policier blanc en raison de sa couleur de peau et rien d"autre.

Ce visage raciste des médias français fait littéralement gerber!!!

Joël Didier Engo, Président de l'association NOUS PAS BOUGER


«Bougnoules», «nègres», «fils de pute de juifs»: quand des policiers racistes se lâchent



Médiapart 4 juin 2020 Par Camille Polloni

En décembre dernier, un policier dénonçait ses collègues après avoir découvert qu’ils échangeaient des messages racistes, antisémites, sexistes et homophobes dans un groupe WhatsApp privé. Cinq mois plus tard, ils sont toujours en poste, en attendant leur passage en conseil de discipline.

«Le racisme n’a pas sa place dans la police républicaine », affirmait Christophe Castaner le 27 avril, après la diffusion d’une vidéo dans laquelle des policiers traitaient un interpellé de « bicot », à l’Île-Saint-Denis. La condamnation morale du ministre, ferme, a été suivie d’effets : deux agents ont été suspendus à titre conservatoire, sitôt l’enquête ouverte. Mais une autre affaire démontre que la police a encore du ménage à faire dans ses rangs.

Mediapart et ARTE Radio ont eu accès à des dizaines de messages vocaux échangés par des policiers, fin 2019, sur un groupe privé WhatsApp qui comptait onze membres. Parmi ces agents, en poste ou anciennement en poste à Rouen, six passaient des heures à s’envoyer des audios qui relèvent du suprémacisme blanc. 

Persuadés de l’imminence d’une « guerre raciale », pour laquelle ils affirmaient stocker des armes, ces policiers (titulaires et « adjoints de sécurité », les emplois-jeunes de la police) accablaient d’injures tous les « ennemis de la race blanche » : les femmes (des « putes », même les policières), les Noirs (des « nègres »), les Arabes ( des « bougnoules »), les gens du voyage (des « putain de manouches »), les Juifs (des « fils de pute » qui « dirigent le pays » en compagnie des « gauchistes »), les homosexuels (des « pédés »). « Pour vivre heureux, vivons casher », plaisantaient entre eux ces policiers, soucieux de rester discrets sur leurs échanges. « On est fichés F, F comme fachosphère. »
Comme le révélaient le quotidien Paris-Normandie et le site 76actu dès le mois de janvier, ces faits ont été découverts et dénoncés, en décembre 2019, par un policier noir de 43 ans. En poste à l’Unité d’assistance administrative et judiciaire (UAAJ) de Rouen – un service qui sécurise la préfecture et le tribunal, veille au bon déroulement des audiences et escorte les justiciables –, ce sous-brigadier prénommé Alex se trouvait dans une guérite en compagnie d’un adjoint de sécurité quand il a vu s’afficher des messages mentionnant son prénom sur le grand écran de son collègue. Celui-ci a accepté de lui montrer les échanges, puis d’en consigner une partie : 180 pages pour la seule période du 4 novembre au 26 décembre 2019.

Assisté de l’avocate Yaël Godefroy, Alex a adressé un rapport à sa hiérarchie le 23 décembre et déposé plainte contre six de ses collègues dans la foulée, pour « provocation non publique à la discrimination », « diffamation non publique en raison de l’origine, l’ethnie, la nationalité, la race ou la religion » et « injures non publiques en raison de l’origine, l’ethnie, la nationalité, la race ou la religion ». Le directeur départemental de la sécurité publique (DDSP), Éric Maudier, a également signalé ces faits à la justice.

Mi-janvier, le procureur de Rouen, Pascal Prache, a ouvert une enquête confiée à l’IGPN. Sur le plan pénal, ces conversations à caractère privé ne sont passibles que d’une contravention, pouvant aller jusqu’à 1 500 euros.
En parallèle, la direction départementale de la sécurité publique (DDSP) a mené une enquête administrative, confiée à son service interne de déontologie. Aujourd’hui « bouclée », selon une source policière, cette procédure « va se traduire par un renvoi des fonctionnaires concernés devant le conseil de discipline ». La date de l’audience n’est pas encore connue. Dans la police, les conseils de discipline débouchent sur des propositions de sanction – pouvant aller jusqu’à la révocation –, entérinées ensuite par l’échelon central du ministère de l’intérieur.

À ce stade, les policiers mis en cause exercent toujours leur métier au contact du public. Ils n’ont pas fait l’objet de suspension mais « ont été affectés à de nouvelles fonctions au sein de leur service », précise cette source policière. Leurs téléphones n’ont pas été saisis et ils se sont vantés, avant leur convocation, d’avoir déjà effacé une grande partie des messages.

Inquiète de ne pas voir avancer l’enquête, l’avocate d’Alex a écrit au procureur de la République le 2 juin. Dans ce courrier, Yaël Godefroy s’étonne que son client n’ait « pas été interrogé depuis son dépôt de plainte » tandis que son collègue, celui qui lui a montré les messages dans la guérite, n’a « toujours pas été entendu ». « Mon client craint la perte ou l’altération des éléments de preuve », écrit Yaël Godefroy, pour qui « il est impératif de faire constater et retranscrire ces messages en intégralité » avant que « le contenu des échanges » n’ait disparu pour toujours. Contacté par Mediapart, le procureur de Rouen indique que « l’enquête confiée à l’IGPN est toujours en cours » et précise qu’« une audition a d’ailleurs eu lieu » mercredi.

Cinq mois après sa plainte, Alex a accepté de sortir du silence. Sans vouloir « décrire la police comme un milieu malsain », il estime que le racisme « existe vraiment » au sein de l’institution et reste « tabou ». Son témoignage, recueilli par Ilham Maad pour ARTE Radio, est à écouter ci-dessous, entrecoupé de messages audio échangés par ses collègues Gilles, Camille, Julien, Thibaut, Xavier et Guewen. Une logorrhée sur l’inégalité des races, dénonçant une « invasion » de l’Europe, mâtinée de paganisme et de survivalisme, qui se complaît dans la répétition d’injures racistes et d’allusions sexuelles. 

« Plus de Noirs, plus d’Arabes et moins de gonzesses »

Certains des propos tenus visent directement Alex. Un adjoint de sécurité de 19 ans critique ainsi son « travail de nègre », ouvrant la voie à un déferlement de haine partagée contre les Noirs et les femmes. Alex « doit charmer à mort de la pute à nègres blanche », disent ces policiers, alors que « n’importe quelle gonzesse qui a un minimum de jugeote sait qu’elle a affaire au nègre typiquement séducteur qui la fera cocue à tous les niveaux ».

Une de leurs collègues, qu’ils soupçonnent de fréquenter Alex, est traitée de « pute à nègre », laissant entrevoir une forme de jalousie perverse : « De toute façon, les gonzesses ne veulent pas de mec bien, elles prennent le nègre qui les saute et puis qui les lâche après. » L’un des policiers explique aux autres que s’il était responsable de la formation de la police nationale, il n’y aurait « plus de Noirs, plus d’Arabes et moins de gonzesses ». 

Avec une certaine constance, ces policiers s’en prennent aux « filles qui aiment bien les bâtards » plutôt que « les mâles blancs », avec une explication toute trouvée. « Vu que c’est les Juifs et les gauchistes qui dirigent ce pays, on fait en sorte que la fille aille vers le bougnoule ou le nègre. En Angleterre ou en Allemagne, c’est pas comme ça, t’éduques ta fille pour qu’elle continue dans la race aryenne. »

Ce vocabulaire issu du répertoire nazi s’accompagne de spéculations sur l’avenir. « Ce que ces putes n’ont pas compris, c’est que ça a beau être des racailles, des cassos, des putains de bougnoules de merde, tôt ou tard elles vont finir par le payer. Par exemple, quand il y aura l’effondrement économique, ils sauront pas les protéger. […] Moi j’ai les armes par contre, donc avec les armes je serai capable de pouvoir défendre mieux qu’un gros bâtard qu’elle a choisi, mieux que son singe. » Un autre regrette que dans sa section, les femmes soient « trop colorées ». « Y a que ça dans ma section, y a que de la colorée. Y a deux blanches sur dix. […] Si je leur dis que je suis fasciste, y en a plus aucune qui voudra me parler. »

S’ils s’autoqualifient parfois de « fascistes » ou de « gros fachos », les agents ont bien conscience que leurs échanges ne doivent pas être rendus publics. L’un des messages rappelle que leur groupe privé n’est ouvert « qu’aux hommes, et tous les hommes de l’unité n’y ont pas forcément accès ». Ils sont visiblement à l’aise entre eux, laissant échapper à l’occasion un rot ou un pet sonore, entre deux saillies sur « la race blanche », « les chambres à air » (pour désigner les chambres à gaz) ou la nécessité de « purger » la France.

Ils se lancent par moments dans des diatribes sur les « chanteurs juifs », citant Daniel Balavoine et Jean-Jacques Goldman, déclarés coupables de « propagande pro-nègre et bougnoules ». Se demandent si le journaliste Jean-Michel Aphatie, « un gros fils de pute qu’il va falloir abattre », est juif ou non, et en concluent qu’il « a un phénotype assez suspect ». Quant aux « fils de pute de la gauche », ils ne méritent rien d’autre qu’une « balle dans la tête ». « T’es une merde de gauche, tu mérites de mourir. Poutine il s’occuperait de ta gueule vite fait bien fait. Vivement la guerre civile, vivement l’effondrement, y a pas que la diversité qui va prendre cher, la gauche aussi, il va vraiment falloir éliminer ces fils de pute. Un jour ou l’autre, il va vraiment falloir que ces enculés paient. »

Dans l’attente de la « guerre civile raciale » dont ils rêvent, les membres de ce groupe évoquent à plusieurs reprises leur désir de s’armer ou les armes dont ils disposent déjà. L’un dit à ses amis qu’il vient d’acheter un « fusil d’assaut ». Un autre affirme avoir « dix armes à la maison ». Deux semblent en affaire pour des « grenades flashbang » : « Moi je t’en prends quatre, comme ça j’en mets deux dans mon sac et j’en ai deux chez moi. » Tandis qu’un des adjoints de sécurité, regrettant de ne pas pouvoir être « calibré hors service » (porter une arme), dit s’être acheté « deux-trois petites conneries pour compenser » : « Une mini-lacrymo, ma télésco, mon choqueur de contact, mon poing américain. »

Galvanisés, les amis inventent des slogans – comme « Make Normandie viking again » – et des théories, façon alt-right américaine : « Là où nous, les nationalistes racialistes, on doit être assez malins, c’est laisser le combat intersectionnel les obliger à s’exterminer entre eux. Ils vont déjà se séparer entre pro-arabes et pro-juifs, se bouffer la gueule, par exemple Mélenchon est très pro-arabe. Y a les féministes, tu sais pas sur quelle fesse elles dansent, ces grosses putes. Les pédés LGBT tout ça, machin-bidule, c’est pareil, les musulmans vont s’en charger. Quand les féministes, les LGBT, les juifs, les bougnoules, les nègres qui sont pas musulmans vont commencer à se bouffer la gueule entre eux, tu manges ton popcorn, tu regardes la télé, tu aiguises tes armes et quand ils se sont bien affaiblis tu achèves les bêtes. »

Parmi ces six policiers, l’un se montre particulièrement actif : Gilles C., 46 ans, passé par la Seine-Saint-Denis avant la Normandie. Alex le considère comme « le gourou du groupe ». Sur WhatsApp, celui-ci partage des dizaines de liens vers Démocratie participative, le site raciste et antisémite attribué à Boris Le Lay, un néonazi français en fuite au Japon après plusieurs condamnations pour incitation à la haine raciale. Un site dont il est souvent question dans leurs échanges : « Moi quand j’écoute Démocratie participative au palais, je mets mes écouteurs. J’ai le droit d’écouter ce que je veux avec mes écouteurs. »

Caché derrière un pseudonyme à consonance nordique, ce fonctionnaire « fan d’histoire », de heavy metal et de fantasy poste aussi de nombreux commentaires sur Internet. Au sujet du film Jojo Rabbit, une comédie satirique sur Hitler, il écrit par exemple, en septembre 2019 : « Encore un film de propagande juif. » Bien qu’il ait récemment supprimé sa page Facebook, il continue à poster sous le même pseudonyme, notamment sur le réseau social russe VKontakt (VK), très prisé de l’extrême droite. Le 27 mars dernier, alors que l’enquête de l’IGPN est en cours, il félicite ainsi Boris Le Lay sur son profil VK : « Super vidéo. Longue vie et prospérité de Normandie. » Contacté par Mediapart, Gilles C. n’a pas donné suite. 

« Je suis obligé de rester un minimum correct, parce que je suis flic »
Un autre membre du groupe, Thibault D., évoque quant à lui une chaîne YouTube où il aurait posté des vidéos sur les armes et le survivalisme, s’étonnant qu’elles aient été supprimées par la plateforme pour « incitation à la violence ». Ses collègues lui conseillent alors de passer par d’autres fournisseurs, mais Thibault D. estime que « la monétisation » n’y est pas aussi intéressante que sur YouTube. Et tranche la question : « De toute façon, je peux pas dire ce que je veux, je suis obligé de rester un minimum correct, tout simplement parce que je suis flic. Et que le jour où la hiérarchie tombe là-dessus, si elle est pas déjà tombée là-dessus, je veux qu’on puisse rien me reprocher d’illégal ou d’amoral, qu’on puisse pas me sanctionner. »

Parmi les dizaines de messages écoutés, certains portent sur les personnes dont les fonctionnaires ont la charge, au sein du Palais de justice. Les protagonistes d’un procès d’assises sont traités de « gros nègre de merde » et de « gros bougnoule », les interpellés dans les geôles de « putains de manouches, gitans et autres finis à la pisse nés dans une caravane ». Mais régulièrement, ces policiers se plaignent que leurs opinions soient considérées comme racistes.

Fin décembre, certains membres du groupe reçoivent une convocation, des mains de leur commissaire. S’ils soupçonnent que leurs propos sur WhatsApp en sont la cause, ils continuent tout de même à en discuter. « Les patrons ils cassent vraiment les couilles, toujours à chercher la petite bête pour te niquer la gueule », analyse l’un d’entre eux. Tout en insistant sur le fait que « c’est privé », ils disent avoir commencé à supprimer leurs échanges. Dans le volet disciplinaire de l’enquête, ils ont été auditionnés le 6 janvier pour « manquements à la déontologie ». 

Alex, le policier qui a porté plainte, se souvient d’avoir été « choqué » par le contenu des messages. « Ça pousse à la folie, je n’en dormais pas. Je vis tout seul. J’en ai parlé à mon frère, à des amis, mais c’était dur. J’ai dû prendre sur moi et décider d’avancer. » « Ces propos sont au-delà du supportable », complète son avocate Yaël Godefroy, « ébahie par la violence » des termes employés. « Mon client n’a même pas pu les lire en totalité. Il m’a demandé d’en prendre connaissance. »

« Pendant une semaine, j’étais dans les mêmes locaux que les personnes que j’avais dénoncées mais elles ne le savaient pas », rappelle Alex. « Les fêtes de Noël, c’était une horreur. » Au retour des vacances, Alex apprend qu’il change de service, pour rejoindre une patrouille anti-délinquance. « Cette affectation m’a été imposée, mais je ne vais pas me plaindre. C’est un domaine qui me plaît. Ma hiérarchie est attentive et proche de ses hommes. Personne ne me parle de cette affaire, et j’évite aussi d’en parler, mais j’ai reçu des marques de soutien. »

Tout au long de sa carrière, débutée en 1999, Alex dit avoir été dérangé par certains propos. S’il a connu « des années magnifiques » en banlieue parisienne, jusqu’en 2008, Alex se souvient aussi des « blagues racistes », « petites réflexions » et raccourcis connotés de quelques collègues. « En patrouille par exemple, s’ils voyaient une voiture occupée par des gens de couleur, ils disaient : “Ça, c’est une voiture de bâtards. Mais toi t’es pas comme eux. T’as choisi d’être comme nous.” »

Le policier a constaté un changement en arrivant à Rouen. « Il y a moins de collègues antillais et maghrébins, moins de fonctionnaires noirs. On est jugés tout de suite sur notre apparence. Entourés de Blancs, ils ont moins de mal à se lâcher. » Par des collègues, Alex a appris que certains le surnommaient « le Noir » ou « le négro » dans son dos. Tout comme un huissier du tribunal, ancien fonctionnaire de police. « Je ne veux pas me faire passer pour une victime, dire que je n’ai rien à me reprocher ou que je suis le meilleur fonctionnaire du monde », poursuit Alex. « J’ai sans doute réagi en étant trop agressif, je ne montrais pas l’exemple dans la manière de me défendre. Mais j’ai fait remonter l’info, et il ne s’est rien passé du tout. »

Il estime avoir choisi, cette fois-ci, une voie plus adaptée : un rapport complet à sa hiérarchie et un dépôt de plainte. Et espère, en conséquence, que ses démarches ne resteront pas sans suite. « Mon client a été courageux, son collègue qui lui a prêté son téléphone aussi », résume Yaël Godefroy. « Il souhaite que cela dépasse son cas personnel, qu’il y ait un débat sur le racisme dans les institutions. En évitant deux écueils : la stigmatisation de la police d’un côté, le discours sur les “brebis galeuses” de l’autre. »

Au Sénat, ce mercredi, le ministre de l’intérieur a promis que « chaque faute, chaque excès, chaque mot, y compris des expressions racistes », fera l’objet « d’une enquête, d’une décision, d’une sanction ».

mardi 5 mai 2020

En France, l'État appelé à «moderniser» sa politique migratoire

Migrants en attente d'être évacués par la police à Aubervilliers, le 28 janvier 2020.
Migrants en attente d'être évacués par la police à Aubervilliers, le 28 janvier 2020. Philippe LOPEZ / AFP
Travail, asile, expulsions... La Cour des comptes préconise, dans un rapport publié ce mardi 5 mai, une « modernisation » de la politique migratoire française, réhabilitant au passage les quotas.

Les expulsions ? « Peu efficaces. » L'enregistrement de la demande d'asile ? Trop lente. L'immigration de travail ? Doit s'inspirer du modèle canadien. Le rapport de la Cour des comptes utilise trente fois le mot « modernisation » pour revoir la politique migratoire française.

Dans ce document intitulé « L'entrée, le séjour et le premier accueil des personnes étrangères », la Cour dresse l'état des lieux d'une politique dont le triptyque, maîtrise de l'immigration, garantie du droit d'asile et intégration, nécessite « des objectifs plus tangibles, plus précis et plus réalistes ».

À commencer par ceux impartis aux délais d'enregistrement des demandes d'asile. « Depuis plusieurs années, les cibles de délais assignées par l'État sont plus strictes que les obligations légales car elles sont en partie conçues comme des signaux supposés décourager les demandes infondées », relève l'autorité administrative indépendante, pointant en particulier les procédures dites « accélérées », qui doivent être traitées en 15 jours mais dont les délais réels constatés sont de 121 jours.

Allonger la durée de certains titres de séjour

Parmi ses 14 recommandations pour la France, qui « accueille sensiblement moins de personnes étrangères que les autres grands pays occidentaux par la voie de l'immigration régulière », la juridiction financière suggère également de « simplifier le régime du séjour en allongeant la durée de certains titres, en automatisant le renouvellement de ceux qui s'y prêtent et en allégeant les formalités procédurales ».

En 2018, selon le rapport, plus des trois quarts des premiers titres avaient une validité d'un an, sans que ce ne soit « le gage d'une plus grande sélectivité », avec des refus de renouvellement de 1 % seulement.

Modèle canadien pour l'immigration professionnelle

La filière d'immigration professionnelle, elle, « pourrait être modernisée et diversifiée en s'inspirant du modèle canadien, fondé sur des cibles quantitatives pluriannuelles » et « un système de sélection individuel ». La Cour reprend à son compte la notion controversée de quotas pour la migration de travail, qui s'était effondrée en France entre 2011 et 2017, avant de se redresser.

Elle rappelle que la liste des « métiers en tension », censée déterminer les professions pour lesquelles l'immigration professionnelle est ouverte, est « aujourd'hui dépassée ». Une obsolescence qui fait consensus jusqu'au gouvernement, qui a prévu de la réviser.

RFI
Scepticisme au ministère de l'Intérieur
Dans une réponse à la Cour des comptes, le ministère de l'Intérieur s'est montré sceptique, évoquant une hypothèse « avant tout adaptée à un pays ayant d'importants besoins de main-dœuvre sans possibilité de mobiliser des actifs déjà installés » sur le territoire. « Cette situation n'est pas celle de la France (...) qui doit parallèlement assurer l'insertion dans l'emploi de personnes résidant en France, qu'elles soient Françaises ou étrangères. »
Par ailleurs, l'autorité administrative a jugé « peu efficace » la politique d'éloignement du gouvernement, lui suggérant de « mettre en place les moyens nécessaires à l'augmentation du nombre de départs aidés ». Sur ce point, la Place Beauvau n'a pas repris la Cour.

lundi 20 avril 2020

Prolongation de l'Aide Médicale de l’Etat (AME) - Mars 2020

 
 Mesdames, Messieurs,
 
Dans son ordonnance du 25 mars dernier, le gouvernement a prolongé les droits à l’Aide Médicale de l'Etat (AME) de 3 mois pour les bénéficiaires ayant leur droit arrivant à expiration entre le 26 mars et le 31 juillet.
 
En effet, en raison de la crise du Covid19, le gouvernement a pris la décision, dans son ordonnance du 25 mars, de prolonger les droits à l’AME de 3 mois pour les bénéficiaires ayant leur droit arrivant à expiration entre le 26 mars et le 31 juillet.
 
Qu’est ce que l’AME?
 
L'AME (Aide Médicale de l’Etat) est un dispositif gratuit permettant aux étrangers en situation irrégulière de bénéficier d'un accès aux soins. Elle est attribuée sous conditions de résidence stable et de ressources. Une fois attribuée, l'AME est accordée pour 1 an. Le renouvellement doit être demandé chaque année.
 
L’AME permet une prise en charge à 100% des frais médicaux, sans avoir besoin d’avancer les frais. Les personnes à la charge d’un bénéficiaire de l’AME sont également couverts à 100%, de même que les mineurs qui le sont dans tous les cas.
 
Pour pouvoir prétendre à l’AME, plusieurs conditions sont nécessaires :
- Vous ne devez pas avoir de titre de séjour, ni de document attestant que vous êtes en train de faire des démarches pour en obtenir.
 
- Vous devez résider en France depuis au moins 3 mois consécutifs.
 
- Vos ressources ne doivent pas dépasser un certain plafond.
 
Après vous êtes assuré de votre éligibilité, vous pouvez obtenir l’AME en remplissant le formulaire cerfa n°11573*06. Il faudra ensuite le déposer ou l’envoyer à votre caisse d’assurance maladie (CPAM).
 
Cependant, du fait du covid19 et du confinement, les nouvelles demandes ne peuvent se faire uniquement par courrier.
 
Ce dispositif est cumulable avec d'autres aides sociales tel que l'aide au logement ou la réduction sociale téléphonique.
 
Si vous souhaitez plus d’informations sur l’AME, retrouvez un article exhaustif sur le sujet ici.
 
 
Je vous remercie,
 
Cordialement,
 
Héloïse Fournier
Chargée des relations administratives, Agence France Électricité
+33 7 49 37 60 05

mardi 14 avril 2020

Site internet réactualisé et renouvelé de l'association NOUS PAS BOUGER


Mesdames, Messieurs

Nous venons de renouveler notre site internet après plus d'une dizaine d'années d'existence, afin d'être plus en phase avec les causes de notre temps et répondre plus efficacement aux différentes attentes des migrants.

Cette démarche s'inscrit également dans le cadre de la campagne de solidarité que nous menons au sein de la Convergence AFRICA TÉLÉMA pour venir urgemment en aide aux migrants pendant la pandémie du Coronavirus.

N'hésitez pas à nous rejoindre

Joël Didier Engo
 
Président de l'association NOUS PAS BOUGER
 association Loi de 1901 enregistrée le 18 novembre 2009
N – W751202408
Adresse postale: Maison des Associations du Onzième Boîte #143
8 rue du Général Renault
75011 Paris
E-mail: info@nouspasbouger.org
Téléphone: 06 41 40 06 23

lundi 6 avril 2020

FRANCE: LA RÉGULARISATION DE TOUS LES SANS-PAPIERS, UNE URGENCE HUMANITAIRE ET SANITAIRE


Demandons la régulation de tous les sans papiers pour des raisons humanitaires et sanitaires liées à la pandémie du Coronavirus.



Hubert J-LAFERRIERE, Député LREM de la 2e circonscription du Rhône
@hub_laferriere

« 🚨🗣Régulariser les sans papiers pour mieux se protéger face à l’épidémie 👉🏻C’est une mesure indispensable tant humanitaire que sanitaire: c’est permettre un accès aux soins qui les protège mais aussi qui nous protège tous en limitant encore davantage la propagation du #COVID19

Dans une tribune commune, une quinzaine de députés demande au gouvernement de s'inspirer du Portugal, qui a régularisé ses sans-papiers jusqu'à la fin de l'état d'urgence pour les protéger du coronavirus. »


La conception restrictive et répressive des libertés publiques par la Macronie et son préfet de police de Paris

Ces déploiements disproportionnés de forces de l'ordre à la moindre manifestation à Paris indiquent à suffisance la conception restrictive et répressive des libertés publiques par la Macronie et son préfet de police réac' de Paris.

Quelle est donc la dangerosité des travailleurs sans papiers et des militants des droits humains qui manifestent pacifiquement à Paris pour rappeler à l'État français qu'il ne saurait plus en 2020 laisser des secteurs entiers de l'économie exploiter illégalement la force de travail des femmes et des hommes qui viennent de survivre à une pandémie internationale dans l'extrême précarité sanitaire et promiscuité sociale????

AUCUNE.

Même l'ONU dont la France est membre du Conseil de sécurité recommande vivement la régularisation de tous ces sans-papiers pour des raisons essentiellement sanitaires et humanitaires.

Il faudra quand même se départir de ce tropisme esclavagiste et colonial que tant d'autres pays européens comme l'Italie, le Portugal ou l'Allemagne surmontent aujourd'hui en régularisant des milliers d'étrangers dans un réalisme économique qui ne saurait être confondu avec une quelconque générosité.

Ça suffit!!!
 
Signez la pétition : régularisation de tous les sans-papiers

LES ASSOCIATIONS KANE AFRIQUE, AMAZONES D'AFRIQUE ET
NOUS PAS BOUGER, MEMBRES DE LA CONVERGENCE AFRICA TÉLÉMA



samedi 21 mars 2020

APPEL À LA SOLIDARITÉ DE LA CONVERGENCE AFRICA TÉLÉMA POUR LES MIGRANTS AFRICAINS


La Convergence Africa Téléma des associations panafricaines lance un appel aux personnes physiques et morales détentrices ou propriétaires des locaux, dépôts, entrepôts non ou sous utilisés dans la région parisienne, de les mettre à la disposition de notre collectif. 



Afin que nous puissions notamment y accueillir, nourrir, et abriter en urgence les migrants africains, particulièrement les jeunes isolés, pendant cette pandémie de Coronavirus.



LES ORGANISATIONS DE LA CONVERGENCE AFRICA TÉLÉMA 

Les AMAZONES D’AFRIQUE

KANE AFRIQUE

NOUS PAS BOUGER

Contacts téléphoniques 06 59 5540 89 / 06 41 33 91 61 / 06 41 40 06 23 / 07 53 46 03 07 



TOUS LES DONS POUR LA SOLIDARITÉ AUX MIGRANTS DOIVENT ÊTRE FAITS À LA CONVERGENCE À TRAVERS LES ASSOCIATION KANE AFRIQUE, LES AMAZONES D’AFRIQUE, ou NOUS PAS BOUGER

KANE AFRIQUE


Adresse postale: 33 Avenue Philippe Auguste, 75011 Paris

LES AMAZONES D’AFRIQUE


Coordonnées  bancaires : IBAN  : FR12 2004 1000 0140 4734 0N02 027
BIC : PSSTFRPPPAR


ASSOCIATION NOUS PAS BOUGER

Adresse postale: Maison des Associations du Onzième Boîte #143
8 rue du Général Renault
75011 Paris
Coordonnées  bancaires
ASSOCIATION NOUS PAS BOUGER
COMPTE-CHÈQUE N° 602 689 24 302
IBAN : FR 76 1820 6001 5060 2689 2430 276

BIC : AGRIFRPP882
CAISSE RÉGIONALE DE CRÉDIT AGRICOLE MUTUEL DE PARIS ET D’ÎLE DE FRANCE
AGENCE PARIS TEMPLE
135 AVENUE PARMENTIER
75011 PARIS
TEL : 01 48 06 52 52





jeudi 12 mars 2020

ÉCHOS DE LA CAMPAGNE MUNICIPALE À #PARIS : LA QUESTION DES MINEURS ÉTRANGERS ISOLÉS




Certaines de mes connaissances se sont certainement demandées ce que j'allais faire dans la "galère municipale parisienne" et j'avoue que je me la suis également posée au moment où la proposition m'a été faîte, tant le monde politique hexagonal - je dis bien hexagonal - que j'ai bien connu de l'intérieur au parti socialiste (de 2007 à 2013) ne m'emballait plus avec ses logiques d'appareil et de guerres de courants. 

Mais il est des moments dans nos vies respectives où nous n'avons plus l'envie de sous-traiter à uniquement d'autres la résolution d'un certain nombre de problématiques, comme celle des migrants. Peut-être parce qu'elle nous concerne au premier chef et que partout où j'ai été sur cette planète, je me suis senti concerné. Mais ce qui m'a toujours frappé à chaque séjour ou retour définitif en France c'est que la perception du migrant et son traitement n'a fondamentalement pas changé dans ce pays depuis mes années d'adolescence à Paris (fin des années 1980).

Sans être comme ils disent ici dans l'angélisme (voulu idéologique), je m'engage dans cette aventure parce que je pense pouvoir être plus utile, au moins dans la perception et le traitement (local) de cette question humaine, que je l'ai notamment été avec l'association Asso Nous Pas Bouger que j'ai créé avec des amis du onzième arrondissement de Paris il y a onze (11) ans, et qui a permis dans la discrétion la régularisation puis l'insertion d'un nombre indéterminé de personnes qui ne demandaient qu'à pouvoir vivre dignement en France.

Alors quand vous irez voter dimanche, Pensez que votre bulletin peut influer sur bien des destins et des parcours de vies, dont ceux de ces jeunes mineurs isolés étrangers pour lesquels nous étions rassemblés ce matin devant le numéro 14 de l'Avenue Parmentier à Paris.



Ce combat est aussi le Vôtre: Votez L'écologie Pour Paris, Votez EELV!

https://paris11.ecologieparis.fr/

Joel Didier Engo